Mira l’abeille

Il était une fois une colonie d’abeilles qui vivait tranquillement au service de la ruche et de sa reine bien aimée. Chaque abeille connaissait son rôle et était heureuse de faire ce qu’elle devait faire, que ce soit aller chercher le pollen, garder la ruche ou s’occuper des alvéoles. Toutes se levaient le matin en sachant à quoi sa journée allait être occupée. Toutes sauf une. Il y avait au sein de la communauté une jeune abeille qui cherchait toujours sa place. Normalement elle aurait du aller chercher le pollen, mais ses premiers essais s’étaient avérés désastreux car elle confondait sa droite et sa gauche. Un jour, en se promenant elle avait découvert un magnifique champ de lavande et elle était rentrée toute excitée. Elle s’était mise à danser pour expliquer aux autres où se trouvait le champ de fleurs et elle avait du se tromper car les autres s’étaient perdues et n’étaient rentrées qu’à la nuit tombée sans pollen. Mira avait alors essayé de nourrir les bébés, mais là encore ça n’avait pas marché. Elle avait donné par erreur de la gelée royale à tous les nourrissons. Heureusement que la nourrice en chef s’en était aperçue à temps. Qu’auraient-elles fait avec des douzaines de reines ? Elle tournait en rond sans savoir quoi faire, et il n’y a rien de pire pour une abeille. On dit la fourmi travailleuse, mais ce n’est rien comparé à une abeille. Une abeille qui ne travaille pas ça ne s’était jamais vu. Elle se promenait dans la ruche et se cognait contre ses amies qui voletaient d’un air très affairé. Très triste, elle décida d’aller voir sa grand-mère qui s’occupait de surveiller les repas de la reine. Sa grand mère fut très surprise de la voir arriver.
« Que fais-tu ici ? N’as tu donc rien à faire ? »
« Oh mamie, je suis si triste, je ne suis bonne à rien, tout ce que je fais tourne à la catastrophe. »
« Allons, allons, ma chérie.. ça ne peut pas être vrai. Toutes les abeilles ont une fonction, tu n’as pas du trouver la tienne encore. Sèche tes larmes. Pour aujourd’hui je te propose de m’aider à surveiller le repas de notre souveraine. »
Mira sourit et se blottit contre sa grand-mère qui lui expliqua en quoi consistait son travail. Il fallait veiller à ce que les ouvrières dépose la bonne quantité de miel et de gelée royale au bon moment devant la reine. « Tu comprends », lui expliqua-t-elle, « Les besoins de la reine en énergie varient au cours de la journée. En observant la couleur de son abdomen et de ses antennes je sais exactement ce dont elle a besoin et je peux le dire aux ouvrières. Regarde. »
Et Mira passa la journée à observer sa grand-mère donner des instructions. Une ou deux fois elle avait vu les changements de couleurs sur la reine, mais la plupart du temps les changements devaient être subtils car elle n’avait pas vu de différence. Au bout d’un moment, comme elle s’ennuyait un peu, elle se mit à fredonner un air qui lui trottait dans la tête. Sa grand-mère lui souriant pour l’encourager, elle se mit à chanter plus fort, et le reste de l’après midi s’écoula à inventer des chansons. Au moment de partir sa mamie lui dit « Si tu n’as rien à faire demain, reviens s’il te plait. Ta compagnie m’a fait plaisir. »
Les jours suivants, Mira se contenta de tenir compagnie à sa grand-mère et de chanter ce qui lui passait par la tête. Elle se sentait toujours triste de ne pas avoir de travail, mais elle se réjouissait de faire plaisir à toute l’équipe chargée de l’alimentation qui semblait apprécier ses chansons. La vie se poursuivait ainsi jusqu’au jour où sa grand-mère vint la voir un matin très tôt.
« Prépare toi, la reine veut te parler. »
« La reine ? Mais elle ne me connaît pas ? Est ce que j’ai encore fait une bêtise ? »
« Je ne sais pas, elle vient juste de me dire qu’elle voulait parler à l’abeille chantante. Ça ne peut être que toi. Viens vite. »
Oh la la, pensait Mira, en se dépéchant de se préparer, j’ai du chanter trop fort. J’ai du déranger la reine…
Une abeille gardienne la conduisit devant leur reine, à distance respectueuse, car la reine était vraiment imposante.
« Est ce toi qui chante depuis quelques jours ? »
« Oui, ma reine. Je suis désolée si cela vous dérange. Je ne recommencerai plus, je vous le jure. »
« Comment t’appelles tu ? »
« Je m’appelle Mira, votre majesté. »
« Eh bien, Mira, sache que depuis que tu chantes pour nous, j’ai remarqué que les ouvrières se trompent beaucoup moins souvent et font leur travail avec encore plus d’ardeur. Je pense que c’est grâce à tes chansons et j’ai donc une proposition à te faire. »
« Une proposition ? A moi ? »
« Oui, Mira, voudrais tu devenir la première abeille ménestrel de notre ruche ? Ton travail consisterait à encourager et soutenir les autres abeilles en leur chantant des chansons, comme tu le fais depuis quelques jours. »
Mira n’en croyait pas ses oreilles, elle était enfin utile. Bien entendu, elle accepta la proposition de la reine, et à sa grande joie, s’aperçut que les autres abeilles appréciaient son talent.
Et c’est ainsi que Mira trouva enfin sa place dans la ruche.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s